Pensée Alien


Angela Hind, Pier Productions

Nouvelles de la BBC 8 Juin 2005

Peu de scientifiques sont prêts à prendre des contes d’enlèvement extraterrestre au sérieux, mais John E. Mack, un professeur de Harvard qui a été tué dans un accident de la route au nord de Londres l’année dernière, l’a fait. Dix ans après avoir écrit un article qui lui a presque coûté son emploi, des centaines de personnes qui prétendaient avoir été enlevés le vénèrent encore.

Le professeur John E. Mack fut un éminent psychiatre de Harvard, psychanalyste et lauréat du prix Pulitzer dont le travail clinique était axé sur les explorations des rêves, des cauchemars et des suicides chez les adolescents.

Puis, en 1990, la communauté universitaire se tourna contre lui parce qu’il voulait publier ses recherches dans lesquelles il affirmait que les gens qui prétendaient avoir été enlevés par des extraterrestres n’étaient pas fous du tout. Leurs expériences, disait-il, étaient authentiques.

Ce n’était pas des malades mentaux ou des personnes déficientes, disait-il, et il était de la responsabilité des académiciens et des psychiatres non seulement de prendre au sérieux les témoignages, mais aussi d’essayer de comprendre exactement la portée de l’expérience. Et si la réalité que nous connaissons a été incapable de prendre ces expériences au sérieux, ce qui était nécessaire était un changement dans notre perception de la réalité.

«Quels sont les autres possibilités?” a déclaré Mack. «Les rêves, par exemple, ne se comportent pas comme ça. Ils sont très personnalisés en fonction de ce qui se passe dans votre subconscient à un moment précis.

“Je ne dirai jamais, oui, il y a des extraterrestres qui prennent les gens. [Mais] je dirai que c’est un phénomène puissant et convaincant dont je ne peux rendre compte d’aucune façon, c’est étrange. Pourtant, je ne peux pas savoir ce que c’est, mais il me semble que cela invite à enquêter un peu plus en profondeur ”

Ligne de vie

Pour beaucoup de gens qui ont affirmé avoir été enlevés, John Mack était une bouée de sauvetage. Il a travaillé avec plus de 200 d’entre eux, y compris des professionnels, psychologues, écrivains, étudiants et hommes d’affaires.

Beaucoup n’en n’ont jamais parlé à personne en dehors de Mack, de peur de se ridiculiser auprès de leurs collègues, de leurs amis et de leur famille. Voici enfin un psychiatre très respecté qui était non seulement prêt à écouter – mais aussi à prendre au sérieux les témoignages.

Les abductés – ou «expérienceurs», comme ils préfèrent être appelés – disent que les rencontres commencent le plus souvent dans leurs maisons et la nuit. Cela peut cependant arriver à tout moment, n’importe où. Ils disent qu’ils sont incapables de se déplacer, ils deviennent extrêmement chauds puis semblent flotter à travers les objets solides, ce qui est en contradiction avec leur esprit logique.

Habituellement l’expérienceur dit qu’il est accompagné par un ou plusieurs êtres qui le guide jusqu’à un vaisseau. Ils sont ensuite soumis à des actes dans lesquelles des instruments sont utilisés pour pénétrer pratiquement toutes les parties de leur corps, y compris le nez, les sinus, les yeux, les bras, l’abdomen et les organes génitaux. Des échantillons de sperme sont prélevés et les femmes ont des ovules fécondés implantés ou prélevés.

Progéniture hybride

«Ai-je questionné ma propre santé mentale»? demanda Peter Faust, expérimentateur et ami proche de John E. Mack. “Absolument, tous les jours dans une certaine mesure parce que la majorité du monde dit que vous êtes fou pour raconter ces expériences. Mais si c’était moi qui avait eu des contacts avec des extraterrestres, qui avait eu une expérience intime avec des aliènes de sexe féminin pour produire une descendance hybride, je dirais que je ne l’invente pas, mais sortez-moi de là, je vais devenir fou.”

“Et c’est de cette façon que j’ai ressenti mes premières expériences. Ma femme a pensé qu’elle m’avait perdue. Mais ensuite, j’ai commencé à chercher des témoignages autour de moi et j’ai réalisé que des centaines sinon des milliers de personnes ont relatés exactement la même expérience. Et cela m’a conforté sur ma santé mentale. Cela m’a donné de l’espoir, je savais que je ne fantasmais pas.”

L’ensemble de l’expérience s’accompagne souvent par un changement dans la compréhension de l’expérienceur de la place de l’humanité dans l’univers. Et c’est ce qui a amené Mack à se poser la question de qui nous sommes au sens le plus profond et le plus large possible.

“J’en suis venu à réaliser que le phénomène d’abduction nous force – si nous acceptons de le prendre au sérieux, de réexaminer notre perception de l’identité humaine – à regarder qui nous sommes dans une perspective cosmique,” a-t-il dit.

Travail extraordinaire

En 1990, le livre de John E. Mack Enlèvement: Rencontres de l’homme avec des étrangers a été publié. Il a été diffusé autant que les best-sellers et John E. Mack est apparu sur les programmes de radio et de télévision. Harvard a décidé que cela devait cesser.

Mack a reçu une lettre l’informant qu’il y avait une enquête sur ses recherches concernant les enlèvements par des extraterrestres. Ce fut la première fois dans l’histoire de Harvard qu’un professeur titulaire a été soumis à une telle enquête. John E. Mack a décidé de se battre et à embaucher un avocat, Eric MacLeish.

“C’était horrible que John ai dû passer par là», explique Mac Leish aujourd’hui. “Et nous avons dit clairement que si nous devions avoir un procès complet, nous demanderions un procès public faisant appel à tous ceux qui ont travaillé avec John – qui avaient tous des éloges pour son travail extraordinaire et son dévouement à ses patients – et je ne pense pas qu’Harvard souhaitait rendre ce procès public”.

Il s’en est suivi 14 mois de négociations stressantes et amères. “Ils ont essayé de me critiquer, de me réduire au silence – en disant qu’en soutenant ce que ces gens rapportaient, je les entretenais dans une déformation ou une illusion. Ainsi, au lieu d’être un bon psychiatre et de les guérir en les prenant au sérieux, je les confortais dans un délire capable de leur faire du mal “, a déclaré Mack.

L’enquête a fait les manchettes des premières pages dans le monde entier et, finalement, Harvard a cédé et une déclaration a été publiée en réaffirmant la liberté académique de Mack pour étudier ce qu’il voulait et de conclure qu’il “reste un membre en règle de la Faculté de médecine de Harvard”.

Il a continué à travailler et à écrire. Mais Mack a été tué dans un accident de voiture l’an dernier dans le nord de Londres après avoir quitté une station de métro. Il visitait la ville organisatrice d’une conférence sur le sujet qui lui avait valu le prix Pulitzer en 1977 pour son ouvrage TE Lawrence.

Mais le travail de Mack perdure avec un institut qui porte aujourd’hui son nom; des centaines de personnes qui forment “la communauté des expérienceurs” lui portent toujours une grande reconnaissance.

Sa recherche d’une notion élargie de la réalité permettant d’intégrer les expériences dans un cadre plus vaste, ne correspond ni aux visions du monde habituel, ni aux perceptions traditionnelles. C’est une voie de recherche, que nous espérons voir se poursuivre.

 


L’article ci-dessus est basée sur un documentaire de la radio BBC sur John E. Mack, Enlèvement, Aliénation et Raison, à l’origine diffusée le mercredi soir 8 Juin 2005 sur BBC Radio 4 à 21h00 BST. L’émission est sensiblement plus longue, et différente, que l’article ci-dessus). En anglais:

Synopsis — Le regretté John E. Mack était un professeur très respecté de psychiatrie à l’Université Harvard et un lauréat du Prix Pulitzer pour son livre « TE Lawrence ». En 1983, il a fondé le Centre pour la psychologie et le changement social (maintenant le John Mack Institute) et a été à la pointe de la recherche à l’Université Harvard à l’hôpital de Cambridge. Dans les années 1990, il se détourna de la communauté universitaire mondiale parce qu’il voulait publier ses recherches dans lesquelles il disait que les gens qui ont affirmé avoir été enlevés par des extraterrestres ne pouvaient finalement pas tous être fous. « Enlèvement, Aliénation et Raison », c’est aussi l’histoire de la bataille d’un homme avec ses collègues universitaires pour garder un esprit ouvert et sa lutte pour comprendre ceux qui prétendent avoir été enlevés. Son plaidoyer était autant pour eux que pour l ‘avenir de la psychiatrie.


  Sujets: Transformation Humaine et Rencontres Extraterrestres

Une Réponse